27roses.eu

Le PSE propose une taxation des transactions financières, maintenant !

A l’heure où le gouvernement Obama se saisit de l’opportunité du scandale Goldman Sachs pour réguler la finance mondiale, les européens progressistes et le PSE demandent une taxation sur les transactions financières. A la Commission et au Parlement Européen gouvernés par le droite européenne désormais de se prononcer pour ou contre cette proposition. Etat des lieux.

21 avril 2010, par David C.



samedi 24 avril : journée d’action du PSE pour la taxation des transactions financières. Toutes les infos sur le site du PSE.


La taxation des transactions financières – le PSE toujours force de propositions

Lors de son dernier congrès de Prague en décembre 2009, le PSE a donné son aval à l’action de la coalition des Européens pour la réforme financière (EPRF). La campagne de l’EPRF est menée par le Forum progressiste mondial (GPF - initiative du PSE et du Groupe S&D). L’adoption d’une taxe sur les transactions financières constitue l’élément central de la campagne de l’EPRF et de l’action du PSE.

Le PSE a toujours défendu avec force la mise en place d’une TTF. En 2000, les députés socialistes au Parlement européen avaient déposé une motion concernant un impôt similaire. La résolution n’avait été rejetée qu’à une très courte majorité. En 2009 et en 2010 encore, les députés européens ont défendu devant le parlement cette idée de taxation des transactions financières.

En témoigne, l’intervention de Vincent Peillon avant le sommet de Copenhague :

D’autres initiatives ont depuis lors foisonné. Dans les milieux financiers, l’idée a d’ailleurs fleuri d’un fond pour réguler en interne les marchés financiers. Si l’option n’est pas rejetable, à l’heure où les pays voient leur dette publique menacer leurs capacités à exercer des politiques autres que la réduction de leurs déficits, le temps est venu de politiser le débat autour de la taxation des transactions financières.

Le PSE mène l’offensive pour la mise en place réelle d’une transaction financière

Il s’agit désormais de se mobiliser politiquement pour faire aboutir cette volonté politique. Dans un appel solennel, Poul Nyrup Rasmussen et le PSE organisent une mobilisation générale dans toute l’Europe :

Le principe et l’intérêt d’une taxe en question

Chaque fois qu’un produit financier est acheté ou vendu, une petite quote-part (de 0,05%) du prix d’achat ou de vente est prélevée sous forme de taxe. Cette dernière ne concerne que les banques, et non les citoyens ordinaires.

L’intérêt est, d’une part, de limiter les activités purement spéculatives, n’étant d’aucune utilité pour notre société. D’autre part, cette taxe sur les transactions financières est infime mais rapporte beaucoup : les 0.05% pourraient générer un revenu de près de 1% du PIB par an.

Ce qui permettrait d’augmenter d’autant les recettes des Etats et de financer les investissements durables, de long terme, et avant tout les déficits publics.

Cette taxe est-elle injuste ? Comparons...

- Rappelons le coût de la crise depuis deux ans au solde des Etats : 7 millions d’emplois européens, 6000 € / citoyen européen ;

- Rappelons la prospérité de la finance depuis 15 ans : + 450 % de transactions, l’équivalent de 70 fois l’économie réelle ;

- Simulons les coûts et les recettes : pour l’Allemagne, + 26 milliards d’euros, dans un pays ayant un déficit de 115 milliards d’euros ; pour l’Angleterre, + 107 Milliards d’euros, pour un déficit de 187 milliards d’euros. [Rappelons que ces deux pays polarisent 70 % des flux, alors qu’ils ne représentent que 35 % de la dette européenne).

La finance fait partie de l’économie, elle doit être fiscalisée comme tous les autres mouvements économiques. Ainsi nous vivons dramatiquement, aujourd’hui, une crise des finances publiques qui a été causée non seulement par la reprise des mauvaises dettes des marchés financiers, mais également par les offensives spéculatives contre les pays les plus vulnérables. Le temps est venu de passer à l’action pour nos dirigeants européens.

Cette taxe est-elle infaisable ?

Rien n’est moins faux. Pour preuve :

- Trop compliqué ?

La plupart des transactions qui s’opèrent sur les marchés financiers sont électroniques. Les coûts de transaction sont ainsi prélevés automatiquement. Prélever la taxe se fera exactement de la même manière, il suffira d’ajouter une ligne de code informatique.

- Impossible à mettre en place ?

Au Royaume-Uni, où la majorité des transactions financières européennes s’opèrent, une taxe de 0.5% sur la vente et l’achat d’actions existe depuis... 1694. Actuellement, 7 pays membres de l’UE sur 27 ainsi que la Suisse ont une sorte de taxe sur les transactions financières. Et beaucoup d’autres, tels que les Etats-Unis, sont sur le point d’en créer.

Le PSE prend aux mots le G20 et l’enjoint de mesures concrètes en matière de régulations contraignantes financières

Il s’agit de prendre aux mots nos dirigeants Européens. Non seulement les progressistes, mais également la droite conservatrice avec Sarkozy et Merkel, tous l’ont abordée au G20 lors de son sommet de Pittsburg en automne dernier.
Les dirigeants du G20 ont demandé au Fonds monétaire international (FMI) de présenter une proposition sur "une contribution équitable et substantielle" de la part du secteur financier, afin qu’il assume une partie de la charge imposée à la société dans le cadre du sauvetage du système bancaire. L’une des solutions examinées par le FMI est la taxe sur les transactions financières.

Le prochain sommet du G20, qui doit se tenir au Canada les 26 et 27 juin prochain, doit absolument aboutir à la mise en place d’une taxe mondiale sur les transactions financières. C’est pourquoi le PSE présente, pour la journée d’action du 24 avril 2010, ses solutions pour faire entendre la voix des citoyens à la fois Européens, mais également du monde entier.


- Sur la consultation du FMI :

PDF - 765.8 ko

- Tous les détails sur la faisabilité :

PDF - 722 ko

- Vous trouverez des informations complémentaires (documents, glossaires,…) sur le site des Européens pour la réforme financière (initiative appuyée par le PSE).



27roses.eu, blog de militants du PSE (Parti socialiste européen) - PES - 27 roses - élections européennes

| Facebook | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0